Le Service Démoustication de la commune d’Hyères assure une lutte contre les moustiques sur le modèle des pratiques de l’Entente Interdépartementale de Démoustication Méditerranée.

Afin de bien appréhender le mode de traitement, il est primordial de comprendre le cycle de développement du moustique.

cycle du moustique
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

A Hyères, la démoustication préventive est préférée avec des interventions sur les stades aquatiques de développement. Concrètement, des agents parcourent la commune régulièrement pour vérifier s'il y a ou non présence de larves dans les points d'eau, appelés gîtes potentiels. En cas de contrôle positif, un traitement est assuré.

Le produit utilisé pour cette lutte anti-larvaire est du Vectobac.

Prélèvement dans un point d'eauLa substance active est issue du Bacillus thuringiensis, sous-espèce israelensis, une bactérie naturelle du sol sélectionnée pour son action exclusive sur les larves de diptères (mouches et moustiques). Les protéines contenues dans le larvicide sont ingérées par la larve de moustique et se transforment en toxines sous l’action d’enzymes intestinales. Ce mode d’action confère une très grande sélectivité, mais nécessite également l’attention particulière des applicateurs pour optimiser son efficacité encore soumise à de nombreux facteurs biologiques et environnementaux.

Les applications se font soit en manuel (pulvérisateur à dos ou lance), soit en pulvérisation par voie terrestre ou aérienne.

Pour une année de pluie normale, les surfaces traitées par voie terrestre sont évaluées à 350 ha. Une pluviométrie importante augmente de façon significative ces surfaces.

D’autre part, un élevage de poissons «mangeurs de larves de moustiques» est basé dans les locaux du service Démoustication afin d’apporter un traitement biologique naturel dans les bassins, lagunages, bassins d’ornements… 


La décision d’intervention est guidée par :

    • la densité larvaire qui peut orienter les priorités entre les différents gîtes à traiter.
    • la probabilité d’éclosions continues dans le même gîte (par exemple : montée progressive due aux mises en eaux par irrigations dans les marais salants).
    • le contexte météorologique.
    • le niveau de protection réglementaire des sites et les risques d’impacts sur l’environnement.


Traitement des moustiquesLes zones marécageuses sont traitées par voie aérienne. Ces actions sont complétées de façon systématique par des traitements terrestres. Le recours aux traitements terrestres est nécessaire et représente 80% des actions menées, là où les traitements aériens ne peuvent être effectués.

Les traitements terrestres mobilisent du personnel communal équipé de matériel manuel : pulvérisateurs portables, pulvérisateurs thermiques, pulvérisateurs à canon centrifugeur (monté sur véhicule 4x4) ou engins amphibies tous terrains.

Cette action de lutte contre les insectes nuisants doit mettre fin à la gêne excessive occasionnée sur les riverains à proximité des secteurs traités.

L'information la plus importante à retenir est qu'il n'est pas souhaitable d'atteindre le niveau Zéro Moustique, quand bien même cela serait réaliste.

Lorsque l'action anti-larvaire se révèle insuffisante, ce qui se traduit par une éclosion importante de moustiques adultes, des traitements ponctuels anti-adultes sont effectués en secteur urbain et péri-rurbain, jamais dans les zones naturelles.


Le constat qui est dressé par la Ville sur ces dernières années est de plusieurs ordres :

Des conditions climatiques qui favorisent le développement des moustiques toute l'année :

    • Normalement, les moustiques connaissent une phase de diapause (hibernation), notamment en hiver. Or, la persistance, même en hiver, de températures douces entraîne une réduction voir une inexistence de cette diapause. Cela nécessite une surveillance du territoire pendant toute l'année, là où elle pouvait s'étendre de mi-mars à fin octobre il y a encore quelques années.

La nécessaire formation des agents pour une meilleure efficacité sur le terrain :

    • Le recours, pour le traitement anti-larvaire, a des produits biologiques, est une avancée significative pour la préservation de la biodiversité. Toutefois, l'efficacité de ce produit est plus limitée que celle des produits chimiques utilisés antérieurement, puisqu'ils agissaient par contact et avaient une certaine rémanence.
      De fait, pour arriver à un niveau d'efficience similaire, il convient que les agents soient plus vigilants sur le stade d'évolution des larves et sur la bonne application des produits.


Afin d'appréhender au mieux la saison, la Commune a engagé les démarches suivantes :

    • renforcement de l'équipe de démoustication par l'affectation d'un agent à temps plein, et renfort dès la 3e semaine de mars par deux agents saisonniers.

    • formation de l'ensemble des agents sur les conditions d'utilisation des produits de traitement.

Toutefois, il demeure un point sur lequel la Commune ne peut agir seule : la présence de larves de moustiques sur le domaine privé.

Afin d'alerter sur cet aspect, une plaquette d'information a été préparée et diffusée à l'ensemble des Hyérois.

En effet, toutes les actions menées sur le domaine public peuvent être sans effet si, chez les particuliers, les gîtes potentiels ne font pas l'objet d'une surveillance.

Téléchargez la plaquette de lutte contre le moustique